Photo
Référence: 
http://images.ourontario.ca/NipissingOuest/2319867/data?n=113
BIO DE Nicol Patenaude 5 avril 2003
Collection : Société historique du Nipissing

BIOGRAPHIE DE NICOL PATENAUDE 
Accepter de se raconter, sa vie, ses exploits, peut causer de l’embarras et une certaine appréhension de la part de l’interlocuteur.  En somme, une vie est surtout faite de gestes ordinaires et parfois exceptionnels de l’individu.  Ce qui distingue un homme de ses confrères est la qualité de ses actions et la portée de son implication individuelle dans sa communauté.  Attardons-nous quelques instants aux aïeux de Nicol Patenaude, à sesannées de formation, sa famille, sa pratique médicale à Field et à Sturgeon Falls ainsi
qu’à son dévouement dans la communauté.

Nicol est né le 11 novembre 1920 à l’hôpital St-Joseph à Port Arthur, connu de nos jours
sous le nom de Thunder Bay.  Ses parents demeuraient à Schreiber où son père Élida était
employé de la compagnie Canadien Pacifique en tant que surintendant des ponts et
bâtiments de la région de White River à Port Arthur.  C’est là qu’Élida rencontra sa
future épouse, Sabina Nicole, issue d’une famille de douze enfants et venue de St Pierre
de Montmagny de la province de Québec.  Celle-ci étant nouvellement arrivée dans la
région, demeurait chez son oncle à Rossport, non loin de Schreiber.  Deux ans durant,
Élida fréquentera Sabina et le mariage sera célébré à Port Arthur en 1914 par le Père
Lafortune s.j.  En 1929, Élida sera muté à Sudbury et Nicol continuera son éducation à
l’école primaire St-Louis de Gonzague (Sudbury).

C’était un changement radical pour le jeune homme qui n’avait fréquenté qu’une école
publique où l’enseignement était exclusivement en anglais.  De fait, Nicol a dû suivre des
cours privés en français avant d’être admis à St-Louis de Gonzague.  Bien que sa mère
insistait que la vie familiale se vive en français, la vie sociale et scolaire à Schreiber
s’était déroulée en anglais.  Les études primaires terminées en juin 1934, les parents
inscrivent Nicol au Collège Sacré-Cœur en prévision du cours classique de huit ans. 
Au Collège, il est un étudiant sérieux et obtient d’excellents résultats académiques.  Dans
ses moments de loisirs et durant les quatre dernières années, il pratique son sport favori,
le hockey.  Au jeu, il garde toujours en tête les prouesses de son idole Maurice Richard. 
Un de ses coéquipiers, Aimé Lapalme réside encore à Sudbury.  Le hockey auquel il
s’adonnera durant son cours médical à Montréal et durant sa première année de pratique à
Field, lui vaudra d’heureux souvenirs au cours de sa vie.  Ajoutons que l’équipe
« Aigles de Field » dont il faisait partie fut intronisée au Temple de la renommée (Sports)
de Nipissing Ouest le 20 octobre 2001.

En juin 1942, Nicol obtient son B.A. avec mention cum laude, et gagne la médaille pour
excellence du lieutenant-gouverneur de la province de Québec, une bourse d’études de
l’Inco et est élu président du Conventum.  Il faut dire que durant sa dernière année au
collège, Nicol avait pris la décision de poursuivre ses études universitaires en médecine.

En juillet 1942, il est accepté à la faculté de médecine de l’université de Montréal.  C’est
aussi un moment critique car la Deuxième Guerre cause des ravages incroyables en
Europe et un peu partout à travers le monde; de plus, il y a une pénurie de médecins au
front.  Pour tenter de remédier au problème, la faculté de médecine accélère les cours,
c’est-à-dire, onze mois d’études et un mois de vacances.  Ce qui fait qu’en mai 1948,
Nicol reçoit son doctorat en médecine avec notation cum laude.  Voulant établir sa
pratique en Ontario, il doit passer une nouvelle batterie d’examens, cette fois pour
recevoir sa licence du Collège médical du Canada.

Peu de temps auparavant, soit le 25 décembre 1947, Nicol célébrait ses fiançailles à
Andrée Giroux, infirmière licenciée de l’Hôpital St-Luc de Montréal et le 14 juin 1948, le
mariage était conclu à l’église St-Viateur d’Outremont. Leur fils unique, Claude, est né le
6 avril 1949 à l’Hôpital St-Jean de Brébeuf de Sturgeon Falls. Après ses études
secondaires à l’école Pierre Laporte (Ottawa), Claude s’inscrit à l’École Normale et
gradue au printemps 1972.  En juin de la même année, il se marie à Diane Vézina,
originaire de Field et le couple aura deux enfants nommés Daniel et Anik.. Claude et
Diane oeuvreront dans le système d’éducation, l’un au niveau primaire, l’autre,
au secondaire.

Déménagé à Field peu de temps après avoir reçu sa licence, Nicol ainsi qu’Andrée
s’intègrent admirablement bien à la vie à la campagne. Pour Andrée, ayant passé une
bonne partie de sa vie à Montréal, l’adaptation à la routine paisible d’un village se fait
sans trop de heurt.  Elle saura seconder son mari lors des accouchements, prodiguer les
premiers soins aux blessés tant au bureau qu’à domicile.  Le couple vécut ensemble 45
années et après plusieurs mois de maladie, Andrée succombe à la suite de complications
cardio-pulmonaires le 16 janvier 1993.

Le 21 novembre 1994, Nicol se mariait à Mme Florence Rivet, veuve, de Sturgeon Falls. 
Les deux ont demeuré à Field jusqu’au mois de novembre 1999 pour ensuite déménager à
Sturgeon Falls.
Il serait futile de parler du Docteur Patenaude sans faire mention de sa pratique médicale,
des progrès scientifiques, des accolades reçues et des anecdotes rattachées à des
circonstances extraordinaires concernant certains patients.

Le 1er août 1948, il ouvre son bureau  à Field et se voit nommer médecin responsable des
employés travaillant aux chantiers des compagnies J.B. Smith, Field Lumber et A. 
Giroux.  Un an plus tard, il est nommé médecin de l’unité sanitaire du canton de Field. 
De 1949 à 1989, il est membre du bureau médical de l’hôpital St-Jean de Brébeuf et de
l’hôpital de Nipissing ouest.  Par la suite, il deviendra membre de l’Association des
médecins de langue française du Canada.  En 1961, il reçoit une bourse de la compagnie
Sherring lui permettant de poursuivre ses études en chirurgie générale à l’hôpital St-
Louis de Montfort à Eastview.  Le Dr Patenaude aurait mis au monde 3300 bébés et son
premier accouchement était à domicile le 10 août 1948.  Il continue de faire les
accouchements à domicile durant trois ans mais opte, par la suite, d’utiliser les facilités
de l’hôpital St-Jean de Brébeuf où la sécurité du nouveau-né et de la mère est beaucoup
moins compromise.  Dr Patenaude a maintes fois transporté dans son auto des femmes
prêtes à accoucher et arrivant à l’hôpital, a tout juste eu le temps de monter à la salle
d’accouchement pour voir naître un poupon.  Parfois le bébé naissait dans l’auto.

A son arrivée à Field, le conseil municipal a élu le Dr Patenaude au poste de médecin du
bureau de santé du canton qui englobait les villages de Field et Crystal Falls ainsi que la
campagne environnante.  Cette agglomération comprenait aussi cinq écoles où
l’inscription s’élevait à 700 élèves.  Avec l’aide de son épouse Andrée, tous ces enfants
ont reçu deux séries d’injections contre la diphtérie et autres maladies infantiles.

Durant les cinq premières années de pratique médicale, Dr Patenaude voyait chaque
année un ou deux cas de poliomyélite surtout chez les enfants de 10 à 15 ans.  Les
séquelles de ce virus pouvaient souvent laisser la victime avec une paralysie locale et des
atrophies musculaires souvent irréversibles.  Dr Patenaude parle du cas
particulièrement tragique d’un enfant de 10 ans qu’il a dû envoyer d’urgence à l’hôpital
Sick Children à Toronto.  Le même soir, il reçoit un appel téléphonique du coroner de
Gravenhurst l’avisant de la mort de l’enfant et lui conseillant d’enterrer celui-ci dès son
retour à Field sans qu’il soit exposé.  A l’instant même, Dr Patenaude avertit le fossoyeur
de creuser une fosse et vers 11 heures ce soir d’automne, la dépouille mortelle est
ensevelie en présence de la famille.  Ce fut pour le docteur une soirée inoubliable : le vent
soufflait, il y avait peu d’étoiles et la scène rappelaient des passages de Wuthering Heights
de Emily Brontë.  Peu d’années après, c’est la découverte du vaccin Salk.  Les enfants
d’âge scolaire furent vaccinés ainsi que les adultes et dû à l’efficacité de ce nouveau
remède, Dr Patenaude ne reverra plus de cas de polio.

De toute sa clientèle, Dr Patenaude aime raconter le cas exceptionnel d’un patient qu’il a
rencontré.  Ce même patient  fera les manchettes des journaux en 1970; son nom : Raoul Demonville, bûcheron de métier dans les années 1912-1918.  Il sera aussi trappeur un peu plus tard.  Il admet à Dr Patenaude lors de sa première visite en 1951 qu’il n’est pas un homme mais bien une femme, qu’il a quitté la terre familiale des Cantons de l’est pour la simple raison qu’il détestait l’ouvrage de maison, préférant de beaucoup le grand air et le travail en pleine nature.  Raoul est décédé à l’hôpital le 13 mai 1970 à la suite d’une hémorragie cérébrale.

Deux grands désastres ont profondément bouleversé la quiétude des villageois de Field. 
Le premier est la tornade du 20 août 1970.  La tornade avait débuté dans la région de
Copper Cliff et à mesure qu’elle déménageait vers l’est, augmentait de force et causait
des dommages incroyables, de sorte que les arbres étaient abattus ainsi que les poteaux de
fils électriques et de téléphone.   Il y eut une mortalité dans la région, une dame de Field,
Mme Cordélia Quenneville et plusieurs blessés.  Les routes devenues impraticables
rendaient tout aide de secours venant des environs quasi impossible.  Dr Patenaude fut
nommé président du comité de souscription responsable du prélèvement de fonds pour la
reconstruction.  Les dommages s’élevaient à plus d’un million de dollars.  Peu à peu, les
citoyens reprirent courage et la reconstruction débuta.

Le deuxième grand désastre fut l’inondation d’avril 1979 – ce fut l’inondation du siècle. 
Le dégel du printemps occasionnait toujours le débordement de la rivière Sturgeon
chaque année mais cette fois-ci, ce fut particulièrement sévère.  Le village était englouti
ou presque.  Étant maire de la municipalité, Dr Patenaude et les membres du conseil se
voient dans l’obligation de prendre des décisions qui changeront l’emplacement de Field. 
La zone inondée étant déclarée zone sinistrée par le gouvernement, un nouveau site qu’on
nommera par la suite Val des arbres, verra la reconstruction et le déménagement du
village, à quelques kilomètres de l’endroit original. Considérant la sévérité des dégâts, le
gouvernement contribuera des sommes considérables pour le réaménagement du village. 
Autre événement qui a marqué la vie du Dr Patenaude fut le vol à main armée chez lui. 
Le 23 novembre 1960, un intrus dont le visage est caché  par une cagoule ordonne au
docteur de lui remettre son portefeuille – ce que ce dernier fait immédiatement.  Le bandit
sort par la porte arrière en avertissant sa victime de n’appeler personne au secours avant
un quart d’heure.  Toujours est-il que peu de temps après, le voleur est appréhendé et
Nicol apprend qu’il avait commis trois autres vols à main armée à River Valley et lors de
son procès, on le condamne à deux ans de pénitencier.

Tout au long des années durant lesquelles Nicol Patenaude pratiquait la médecine, on vint
de toutes parts le chercher pour tel ou tel autre poste dans quelque organisme que ce soit. 
En plus de ses responsabilités dans le domaine médical et des postes de responsabilité qui
lui incombent, il accepte d’être membre et est nommé par la  suite au poste de président
de l’Association libérale de Nipissing.  Depuis 1966, il est membre de la Société
historique du Nouvel Ontario.  De 1969 à 1972, il est  choisi comme conseiller scolaire
du Conseil de l’éducation du Nipissing.  Au cours de son deuxième mandat, il participe à
l’obtention d’une école secondaire de langue française à Sturgeon Falls.

En 1972, il est membre co-fondateur du Club d’âge d’or et de la Bibliothèque municipale
de Field.  De 1972 à 1982, il siège sur le Conseil d’administration d’Au Château, foyer
pour personnes âgées. De 1972 à 1985, il est un des membres fondateurs et premier
président de l’association des municipalités de Nipissing Ouest, association regroupant
les cinq municipalités de Nipissing Ouest.  En même temps, on le nomme préfet du
canton de Field.
En 1979, il devient membre du Comité consultatif du Régime de pensions du Canada et
président du sous-comité de suffisance des prestations du Régime de pensions du
Canada. La préoccupation principale de sous-comité est d’étudier les changements du
Régime de pensions.

De 1982 à 1984, Dr Patenaude est membre du Comité consultatif de langue française du
Collège Canadore de North Bay.  Depuis 1985, il siège sur le Comité de direction du
complexe domiciliaire pour personnes âgées Au Château de Sturgeon Falls.  De 1987 à
1988, il est coordonnateur régional de la Campagne des services de soins contre le cancer
de l’Hôpital Laurentien de Sudbury.  Ajoutons à cette liste importante sa membriété au
conseil d’administration de l’Hôpital général de Nipissing Ouest.  Et depuis l’an 2000, il
est président honoraire de la Campagne de souscription Vision Santé 2000 de l’Hôpital
général de Nipissing Ouest.
Ce n’est que le 31 mai 2001 que Nicol Patenaude se retirait définitivement de toute
pratique médicale.  Lors d’une fête organisée en son honneur et s’adressant à l’auditoire
présente, Dr Patenaude manifestait de la reconnaissance envers ceux avec qui il avait
œuvré toutes ces années durant. En décembre 2002, la municipalité de Nipissing Ouest
dans la personne du député Ramsay, présentait la médaille du Jubilé d’or de la Reine
Elizabeth II au Dr Patenaude pour sa contribution communautaire extraordinaire.

A l’occasion d’une autre fête rendant hommage au Dr Patenaude en juin 1967, Nelson
Cholette décrivait l’apport de cet homme qui a su se pencher sur le plus petit parmi les
siens : le pauvre, le mendiant, le bébé-naissant.
                          « Il insuffle la vie aux nouveaux-nés et partage la
                         joie des parents; après avoir épuisé les ressources
                         de ses connaissances pour soulager la misère de la
                         maladie ou du vieillissement, il ferme les paupières
                         des mourants et partage le deuil de la famille. »

C’est avec une grande affection que les résidents de Field font allusion à Nicol en disant :
« Notre docteur Patenaude ».  Et Nelson Cholette ajoute :

                         « Il conseille, il soulage, il encourage, il console.
                           Il a aidé de combien de façons matériellement et
                           moralement.  Nous connaissons tous la largesse de
                           cœur du docteur… »

Épilogue :
Le 22 février 2014, Dr Nicol Patenaude décède à l’âge de 93 ans. 
Ci-bas, l’avis de décès que le  Salon Funéraire Théorêt Bourgeois fait paraître sur son site web. (http://www.obittree.com/obituary/ca/ontario/sturgeon-falls/salon-funraire-thort-bourgeois-funeral-home-inc/dr-nicol-patenaude/1810888/)
Dr Nicol Patenaude 1920 – 2014
La famille Patenaude a le regret de vous annoncer son décès survenu à Sturgeon Falls le samedi 22 février 2014, à l’âge de 93 ans. Fils de feu Élie (Élida) Patenaude et de feu Sebina (née Nicol) Patenaude. Époux bien-aimé de Florence (Rivet-Dunsdon) Patenaude et cher père de Claude (Diane) de Sturgeon Falls. Son souvenir restera gravé dans la mémoire de ses deux petits-enfants, Daniel Patenaude et Anik Lepage (Christian) et de son arrière-petite-fille, Andrée-Claude. Prédécédé par sa première épouse, Andrée (née Giroux) Patenaude, et par sa sœur, Jeanne Salvail (Henri-Louis). Diplômé en médecine de l’Université de Montréal en 1948, il s’est établi à Field (Ontario) où il a exercé sa profession avec un dévouement inlassable à son cabinet et à l’Hôpital Saint-Jean-de-Brébeuf et par la suite à l’Hôpital général de Nipissing Ouest à Sturgeon Falls. Il a fini sa carrière comme directeur médical d’Au Château en 2001 à l’âge de 80 ans. Malgré un horaire chargé, tout au long de sa vie, il s’est engagé auprès de divers organismes communautaires, politiques et éducatifs dans le but de contribuer davantage à sa collectivité. La famille recevra parents et amis au salon funéraire Théorêt Bourgeois à Sturgeon Falls le vendredi 7 mars, de 14 heures à 16 heures et de 19 heures à 21 heures. La messe funéraire sera célébrée le samedi 8 mars à 11 heures à l’église Sacré-Cœur, Sturgeon Falls. Que vos témoignages de condoléances se traduisent en dons à la Fondation de l’Hôpital général de Nipissing Ouest ou à la Société Alzheimer du Canada (chèques seulement). Des remerciements chaleureux au Dr Jean Anawati, à la Dre Andrée Morrison, au Dr Atma Wadhwa et à Mme Cathy Chong (distribution de la communion) ainsi qu’au personnel de l’Hôpital général de Nipissing Ouest pour les excellents soins prodigués.