Historique

L’industrie du bois
 Le village de River Valley est né de la coupe du bois.  En 1886, la compagnie J. R. Booth, pour alimenter son moulin à scie d’Ottawa, avait obtenu les droits de coupe dans les cantons de Badgerow, Field, Gibbons et Crerar (River Valley).  Le bois coupé le long des rivières Temagami et Sturgeon était dravé jusqu’au lac Nipissing, traîné à la baie Callander, transporté par un petit chemin de fer jusqu’à la rivière Ottawa, de nouveau dravé jusqu’à Ottawa, où il était scié et ensuite expédié par navires vers l’Europe.  Les bûcherons, employés de la J.R. Booth, venus s’établir à River Valley, venaient surtout de la Gatineau, Maniwaki, Gracefield et Masham  Cette première coupe dura jusqu’en 1911.

Le village continua à vivre de l’industrie du bois.  Plusieurs familles prenaient des contrats pour couper le bois qui alimentait les moulins à scie qui commençaient à s’établir dans la région.  Le premier petit moulin à scie à River Vallley, propriété d’un certain M Ouimet était constuit sur l’emplacement où demeurait la famille Emmanuel Carré.  Le pont Carré-Legault qui traverse la rivière Sturgeon pour relier River Valley à Warren fut construit en 1912 au même endroit.

La compagnie George Gordon de Cache Bay faisait chantier autour du lac Grassy (Wawiagama) au nord de River Valley.  Les bûcherons se rendaient aux chantiers par des sentiers de chevaux.  Ils partaient en octobre et revenaient à la fin de février, à pied derrière plusieurs (parfois un centaine) de gros chevaux, qui eux suivaient un grand traîneau chargé de foin, jusqu’à Cache Bay en passant par Field et le chemin du lac Clair.  Plusieurs fermiers de River Valley, Désaulniers, Field et Cache Bay gardaient ces chevaux durant l’été et s’en servaient pour la culture.

Les billots étaient amenés vers les moulins à scie par la rivière Sturgeon.  Chaque compagnie devait suivre l’ordre établi pour faire la drave.  John B. Smith de Callander passait le premier, suivi de Georges Gordon de Cache Bay, de la Field Lumber Co. de Field, d’Albert J. Giroux de River Valley et enfin de Ben Greenwood de Chudleigh.  Plusieurs draveurs inconnus se noyèrent en faisant la drave et sont enterrés au cimetière de River Valley. Suite à une loi fédérale qui ne permettait plus de bloquer les rivières et cours d’eau, la drave prit fin vers la fin des années 50.

Vers 1935, Émile Zadow de Pembroke, contracteur pour la Cie Georges Gordon améliora la route jusqu’au lac Grassy; son camion fut le premier à voyager sur le chemin 805.  Le camion remplaçait les chevaux.  Albert J. Giroux construisit un moulin à scie sur la rivière Sturgeon en face de la résidence actuelle de Maurice et Claire Giroux.  Le moulin employa une trentaine d’hommes de 1938 à 1954.  Il y eut aussi quelques moulins à scie qui sciaient les billes que leur apportaient les particuliers.  Joseph Legault de 1928 et ensuite son fils Adélard jusque dans les années ’50; Arthur Forget qui manufacturait des bardeaux de cèdres durant les années ’40; Elzéar Taillefer à Desaulniers et Léonard Giroux à River Valley; Aurèle Dupras de 1959, industrie qui se continue jusqu’à aujour’hui, propriété de M. Claude Legault.  J. Don Cockburn au lac Emerald et Claude Larcher au nord du lac Grassy faisaient chantier et sciaient sur place durant les années ’50 et ’60.

La colonisation
Le Père Paradis, vers les années 1880, avait essayé, sans succès, d’établir des colons à la Baie Jeanne, au sud du lac Temagami.  Il avait tracé une route entre le lac Temagami en passant par River Valley et Verner.  Il devait traverser un grand marécage au sud de la rivière Sturgeon que l’on appelle encore “la marche du Père Paradis”.
Le curé Forget, colonisateur du Moyen-Nord, fut celui qui amena des familles de cultivateurs de la région de Cornwall et d’Embrun, à venir s’installer à River Valley, sur des terres de culture qu’ils payaient 1$ de l’acre avec 4 ans pour payer.  Plusieurs familles de bûcherons s’établirent aussi sur des terres.  Le curé Forget lui-même avait pris une terre qui s’étendait de la rue St-Joseph à la rivière Temagami.  Sa maison fut habitée jusque vers 1950.

La première famille établie à River Valley fut celle de Xavier Cataford, qui s’installa sur la rivière Sturgeon en 1896, au bout du chemin Gignac.  Cet endroit devint plus tard la propriété de M. Alfred Gignac.  C’est dans la maison des Cataford que fut célébrée la première messe à River Valley et le premier baptême fut celui d’une fillette de la famille.  Quand la maison Gignac fut démolie après l’inondation de 1979, on trouva un vieux tabernacle dans les murs.

Un M. St-Hilaire de Verner livrait le courrier jusqu’à la maison des Cataford.  Il avait baptisé l’endroit: “La vallée de la rivière”, nom qui fut par la suite anglicisé à River Valley.

La famille Rémi Ayotte s’installa le long de la rivière Temagami en 1907.  Le plus vieux citoyen de notre village, Polydore Ayotte, est un des fils de Rémi Sr.  La famille Ayotte est celle qui aujourd’hui compte le plus de descendants à River Valley.

Parmi les autres familles pionnières installées avant 1920 on peut nommer les Nadeau, Marleau, Descoteaux, Boire, Lagacé, Carré, Gauthier, Cayen, Ratelle, Yelle, Dotte, Bertrand, Carrière, Rochon, Dupras, Goulard, Legault, Tessier, Joseph Giroux, Albert J. Giroux, Guénette, Ladouceur, Savage, Roberts, Gignac, Roy, St-Martin, Liboiron, Beauvais, St-Jean, Fortin, Larabie, Sage, Boulard, Thériault, Dignon, Léger, Rochon, Philippe et Thériault.

En 1910, la construction du chemin de fer C.N.R. de North Bay à Capréol commençait et en 1914 le premier train arriva à River Valley et il nous fit ses adieux en 1995.

Les commerces
Au début, M Émile Brisson, célibataire qui demeurait en face de la résidence actuelle de Claude Legault attelait ses 2 boeufs et se rendait à Verner, par le chemin Paradis, chercher de l’épicerie pour les familles locales.

M. Oscar Yelle construisit le premier magasin qui est présentement la résidence de M. François Trépanier.  Il le vendit à un Belge, qui le vendit à son tour à Albert J. Giroux en 1913.

M. Norbert Roy de Markstay construisit en 1922 un gros magasin général avec salle de danse au 2e étage à l’endroit où demeure aujourd’hui Hector Giroux.  Ce magasin fut détruit par les flammes en 1928.  Il y avait dans ce temps-là environ 2,000 hommes qui travaillaient dans les chantiers, pour la plupart des “voyageurs”.  Albert J. Giroux construisit un autre gros magasin général sur l’emplacement du magasin Roy.  Le commerce prospéra de 1941 à 1990; Hector Giroux en était le propriétaire durant les 40 dernières années.  Alfred Gignac, dans les années ’20, ouvrit un magasin dans l’hôtel actuel.  Aux alentour de 1920 John Léger tenait une épicerie le long de la voie ferrée, sur la propriété actuelle de Julien Chouinard.  Il vendit son commerce à son petit-fils, Lloy Léger, qui à son tour le vendit à Raymond Berry.

Lucien Dupras construisit un gros magasin général dans la subdivision Dupras en 1960.  Il le vendit par la suite à Cléo Gauthier.  Le magasin fut la proie des flammes en 1977.

John Léger acheta la maison de pension de la famille Turcotte située sur le bord de la rivière derrière l’hôtel.  Il la déménagea sur l’emplacement de l’hôtel actuel et y tient une maison de pension durant les années 1910.  Il vendit à Joseph Thériault, qui la revendit en 1935 à Albert J. Giroux.  Ayant obtenu un permis pour la vente de la bière, ce dernier lui donna le nom de Golden Rose Hotel.  Il fut vendu a Donald Larabie en 1985 pour passer ensuite à Yvanna Bastien jusqu’au feu de 1993.

Aimé Boulard eut un restaurant où est la demeure aujourd’hui de Guy Ayotte.  Il vendit ce commerce à Edgar Goulard.  La famille Noël Gauthier tinrent ce restaurant durant environ 6 ans.
Edouard Philippe eut aussi un restaurant où demeure actuellement Eric Lord.  Roland Larabie, propriétaire du populaire restaurant Chez Lise, est le restaurateur du village et l’escale des touristes.

Hector Giroux construisit un poste d’essence à côté du Magasin Giroux en 1957.  Il fut converti en dépanneur en 1990 par Alcide Giroux.  C’est aujourd’hui la propriété de Lise Descoteaux et se nomme le River Valley Country Store.

Richard Tanguay ouvrit le Garage Tanguay en 1964, qui est aujourd’hui continué par son fils Jacques.
En 1933, la Golden Rose Mine, mine d’or ouvrit près du lac Emerald.  tout le matériel de construction et la machinerie ont dùs être transportés sur les lacs Temagami et Obabika gelés, car il n’y avait pas de chemin.  Grâce à la mine on construisit le 805 jusqu’au lac Emerald.  La mine ouvrit en 1935 et ferma en 1941; puis de nouveau de 1985 à 1988.

En 1942, Joseph Thériault commença à exploiter une carrière de granit noir dans le canton de Crerar; la Nipissing Black Granite Co Ltd.  La carrière fut vendue à plusieurs reprises et changea de nom autant de fois.  On en extrait encore du granit noir concassé.  Après la guerre, à partir de 1946, onze camps de touristes virent le jour un à un le long de la route 805 sur les divers lacs, avec une grosse clientèle américaine.

La vie communautaire

La Caisse populaire fut fondée en 1945.  Le bureau était dans le magasin Giroux et Azarie Landry en fut le premier gérant jusqu’en 1950. 

En 1940 il y avait 2 puits dans le village où tous devaient venir chercher l’eau potable.

En janvier 1950, finalement l’électricité arrivait et en 1951, le téléphone, suivi de la télévision en 1952.

En 1977, on entreprit des démarches pour construire un poste d’incendie.

Le Club de l’Age d’Or, fondé sous la présidence de Mme Albert J. Giroux, logeait dans le complexe.  Après l’incendie de 1982, le club commença la construction de leur salle actuelle sous la présidence de Jeanne Rémillard.

Après l’inondation de 1979,le pont Carré-Legault fut démoli et un nouveau pont construit plus au sud en un endroit plus haut reliant la route 539 Field-Warren.

En 1999, River Valley fut amalgamée à la Municipalité du Nipissing Ouest suite à une décision du gouvernement conservateur Harris.

Familles pionnières

Picture

Galerie de photos

River Valley:

Hallage de billots à River Valley​Collection de la Société historique de Field
« 1 of 3 »

Autres informations