THÉODORE LEGAULT :

UN GRAND HOMME DE SON ÉPOQUE

Théodore Legault est né à St. Isidore, Québec, le 26 juillet 1886, fils de Hormidas Legault. Après avoir quitté St. Isidore, la famille Legault a résidé à Arnprior, pour s’installer à Sturgeon Falls en 1895.  Hormidas Legault, et son fils Théodore, ont exploité un magasin général pendant plus de 30 ans, à l’endroit même où se situe aujourd’hui La Tribune.

En 1912, Théodore Legault épousa Estelle Bourdon. Il a été maire de Sturgeon Falls en 1922. De 1926 à 1929, il a représenté Sturgeon Falls à l’Assemblée législative de l’Ontario en tant que député libéral-indépendant, puis le comté de Nipissing en tant que député libéral de 1934 jusqu’à son décès en 1935.

 Théodore Legault Estelle Bourdon, épouse de Théodore Legault 

M. Legault était reconnu comme étant probablement le membre le plus énergique et le plus travailleur de l’Assemblée législative. En tant que membre de la législature provinciale, M. Legault ne considérait pas son rôle comme un emploi de quelques mois par an. Après avoir assumé ses fonctions en juin 1934, il a suivi une routine stricte. Il avait l’habitude de passer du mardi matin au vendredi soir à veiller aux intérêts de ses électeurs du Nipissing. Il quittait Toronto vendredi soir et passait samedi et dimanche chez lui à Sturgeon Falls. Il passait ensuite lundi à son bureau de circonscription à North Bay pour entrer à Toronto ce soir-là. Il était le seul membre d’une circonscription éloignée à travailler chaque semaine au Parlement.

M. Legault était passionné par sa circonscription et par son peuple. À tout moment, il était prêt à défendre leurs intérêts et à être leur champion déclaré. Sa détermination à obtenir quelque chose pour Nipissing était connue et souvent commentée à Queen’s Park.

Théodore Legault lors dun évènement pour souligner la naissance des quintuplées Dionne c. 1934

En tant que membre de l’Assemblée législative, M. Legault a été reconnu comme l’un des meilleurs orateurs de la Chambre. Il avait de nombreuses manières dignes et la prestation pittoresque de feu Sir Wilfrid Laurier.

« Eh bien, malgré latmosphère révolutionnaire des temps, nous allons passer à travers et survivre.  Au diable la dépression!  Poussons de lavant et ajustons-nous au temps. »

Archives de l’ACFEO [C2/185/15], c. 1934.

Jeudi, le 17 janvier 1935, juste au moment où M. Legault commençait à s’adresser au premier ministre Mitchell Hepburn (1934 – 1943) et à ses collègues du Nord quant à la réalisation du rapport Racine, une soudaine rougeur apparut sur son visage, ce qui fit dire au premier ministre Hepburn: «Allez-y doucement, Ted ». Avec son cigare entre les doigts, M. Legault a répondu «Je fumes trop », en même temps il s’est tapoté le cœur. C’est alors que M. Legault retombait dans son fauteuil, son poids bousculant le fauteuil en arrière. Quelques instants plus tard, ses collèguesétaient en train de relever sa forme sans vie. Immédiatement, l’honorable Dr J.A. Faulkner et le Dr W.J. Bell, sous-ministre de la santé, ont alors été appelés. À leur arrivée, ils ont constaté le décès du député populaire de Nipissing d’une thrombose coronaire, un caillot de sang dans une des valves du coeur.

Le décès de M. Legault fut l’un des événements les plus tragiques que l’on avait jamais vécu dans les édifices du Parlement de l’Ontario.  En quittant les édifices du Parlement peu de temps après le décès de M. Legault, le premier ministre Hepburn a eu beaucoup de difficulté à faire une déclaration, le choc l’ayant tellement frappé. Le Premier ministre Hepburn a dit aux journalistes d’une voix tremblante d’émotion :

« Je connais Ted Legault depuis des années. Je le connaissais mieux que tout autre membre de la législature; j‘ai travaillé avec lui et j’ai fait campagne avec lui de manière continue lors dedernières élections. C’est tout ce que je peux dire les gars. Vous pouvez le continuer. »

Il laissa dans le deuil son épouse, Estelle, ses six filles: Lucille, Laurette, Annette, Françoise, Rachelle et Marie-Paule et un fils, Carl, et une soeur, Mme Louis-Philippe Lévesque. Un autre fils, Gabriel, était décédé cinq ans plus tôt.

Lundi, le 21 janvier 1935, Théodore Legault fut inhumé en l’église du Sacré-Cœur de Sturgeon Falls, avec tous les pompes et rituels de l’Église catholique romaine des années 1930. Le service funèbre fut le plus important de l’histoire de Sturgeon Falls. Du premier ministre Mitchell Hepburn à un agriculteur de Noëlville qui a traversé 35 milles de lac Nipissing en raquettes, des milliers de gens de tous les coins de l’Ontario ont rendu hommage à l’éminent législateur. L’église était comble, tandis que plus de 2 000 personnes se tenaient à l’extérieur dans la pluie bruine.

Le père G. Marchant, O.M.I., président de l’Université d’Ottawa, était le célébrant du service. Le révérend père O. Racette (Verner) était diacre et le révérend L.G. Smith (Sturgeon Falls) était sous-diacre. Dans le sanctuaire étaient Mons. J.A. Lécuyer (Sturgeon Falls), Très révérend Dean J.A. Chapleau (North Bay), très révérend S. Coté (Chemlsford), et les révérends pères J. Marchand (Warren), A. Baker (Markstay), S. Grier (Mattawa), LP Thériault (Cache Bay), A Vaillancourt (Verner), S. Lemay (Sudbury), J. Prieur (Field) et L. Bourassa (Lavigne).

La chorale était sous la direction du révérend père G. Parent (vicaire à Sturgeon Falls) et rendait la messe à Pietro Yon. Mlle V. Marchildon présida à l’orgue. Le Benedictus a été rendu par M. Foucault. La chorale de l’église du Sacré-cœur de Sturgeon Falls était assistée par des membres de la chorale de Sudbury.

Les membres du quatrième degré des Chevaliers de Colomb ont agi à titre de garde d’honneur.  Les porteurs étaient les suivants : Remi Sabourin, Dr. Paul O. Coulombe, J. P. Marchildon, Z. Mageau, J. F. Demers, et Dr. J.E.H. Paiement. Les Chevaliers de Colomb ont fait le salut à l’offertoire. M. Legault était membre du quatrième degré des Chevaliers de Colomb.

Le cortège funèbre, long d’un kilomètre et demi environ, s’est déplacé de l’église du Sacré-Cœur au cimetière de l’église par la rue Main. Le cortège funèbre était dirigé par la police de la ville. Cent soixante-quinze véhicules étaient dans le cortège.

Le patrimoine de M. Legault est toujours vif et vivant dans la communauté du Nipissing Ouest.

Janvier 2021