Photo

Par Jeannine Ouellette, M.A.
Les femmes de la Route 11 :les Elles du Nord (blogue)

Article paru dans La Tribune de Nipissing Ouest, le 23 octobre 2013

Archives de la Société Historique de Nipissing Ouest, Sturgeon Falls Ontario


En 1935, une petite fille nommée Madeleine est née à Verner dans un
village essentiellement agricole dont les débuts remontent aux environs 
des années 1880.

La 5e de 15 enfants, Madeleine fut chaleureusement accueillie par sa mère
Aldéa Miron, son père Étienne Sylvestre, ainsi que deux soeurs, Monique et Marie-Luce, et un frère Regis. Luc, le premier-né, est malheureusement décédé peu de temps après sa naissance.

Une enfance chez les Miron et les Sylvestre était de bonne compagnie au
gré des rencontres de famille à la sucrerie familiale Sylvestre et à la ferme des grands-parents Miron.

L’enfant Madeleine a fait ses études primaires à l’écore l’école Saint-Jean Baptiste de Verner et, par la suite, elle a poursuivi ses études secondaires au Pensionnat Notre-Dame de Lourdes à Sturgeon Falls.

Vers la fin de son école secondaire, la famille de Madeleine fut frappée d’un très grand malheur lorsque son père est décédé de manière accidentelle, laissant derrière lui une femme enceinte de 6 mois, ainsi que 13 enfants âgés entre 1 an et 19 ans. L’épreuve a retenti une vie durant chez la famille Sylvestre…

En 1952, alors âgée de 17 ans, l’adolescente Madeleine s’est sentie appelée à la vocation religieuse. Appuyée par sa mère courageuse qui l’a soutenue dans son choix malgré la dure épreuve du deuil récent, Madeleine a quitté sa famille pour entrer au postulat des Filles de la Sagesse à Ottawa. Elle a prononcé ses vœux en 1954 et est devenue Sr Étienne de l’Immaculée.

Dès lors a débuté pour Sr Étienne (qui est devenue Sr Madeleine à une date indéterminée) une longue et belle carrière en enseignement, dont plusieurs années à l’École St-Joseph de Sturgeon Falls, puis en Alberta à Slave Lake auprès d’enfants amérindiens.

Femme d’un grand dépassement, elle s’est ensuite dirigée vers l’Afrique où elle a enseigné aux jeunes filles congolaises. En février 1977, elle a été nommée supérieure régionale des Filles de la Sagesse oeuvrant au Congo (devenu le Zaïre).

En 1982, Sr Madeleine a été déléguée au Chapitre général de la Congrégation des Filles de la Sagesse à Rome, mais une dure épreuve l’attendait. Atteinte d’une insuffisance rénale grave, la maladie est venue bouleverser sa vie et mettre fin, malheureusement, à sa mission au Zaïre.

Malgré la dialyse et une première greffe de rein, Sr Madeleine a tout de même retrouvé suffisamment de santé pour relever un autre défi — elle a accepté la responsabilité d’une communauté qu’elle a dirigé pendant encore 9 ans, en plus d’être conseillère et secrétaire provinciale.

Cependant, secouée à nouveau par la maladie rénale, Sr Madeleine a reçu une deuxième greffe. Le défi était de taille, mais défiant sa fatigue et ses difficultés, Sr Madeleine a retrouvé suffisamment de santé pour reprendre sa charge de secrétaire à l’Administration provinciale.

Pour Sr Madeleine, la mission religieuse était «une affaire de cœur, une qualité d’être» qu’elle n’a jamais cessé d’actualiser et de transmettre partout sur son passage. Après 52 ans de vie religieuse, elle est décédée en 2006 à l’âge de 71 ans en laissant le souvenir d’une personne aux remarquables qualités, compétente et laborieuse, fonceuse par-dessus tout et surtout, très aimée.

La famille Sylvestre a partagé des photos de leurs archives familiales qui relatent le parcours de vie de Sr Madeleine. Vous pouvez visionner l’album en visitant le lien : http://youtu.be/aOjMz-hkGxg
____________________________________________________
Auteure : Jeannine Ouellette 
Pour commenter ou encore suggérer des noms de femmes du Nord pour ses recherches, la suivre sur son blogue « Les femmes de la route 11 : les Elles du Nord »,  ou à partir des liens ci-dessous :
femmesdelaroute11.wordpress.com
www.facebook.com/pages/LES-ELLES-DU-NORD
www.linkedin.com (Jeannine Ouellette) 
@triyana_3